ualitésopinions libresreportageScience/High-TechSantéSportÉconomiecontactez-nousالعربية Lettre ouverte au Président de la République Objet : contraintes et remèdes des Wilayas du Nord .

Écrit par Eclairage le . Publié dans Régions

Excellence,
 La contrainte maîtresse à notre développement  est d’ordre humain due l’immobilisme et le manque d’initiative de notre administration territoriale dans la valorisation du potentiel spécifique au Nord. les preuves :
La réunion prévue ce samedi 13 Mai 2017 à Atar des Walis Hakem, députés et Maires et des 4 Wilayas du Nord  autour du théme de la topologie urbaine m’inspirent de vous rappeler les problèmes graves de développement auxquels ces Wilayas sont confrontés et rémédes faciles immédiatement engageables dans  les domaines de l’Education, l’agriculture , l’environnement. Et de l’Administration territoriale  que j’aurai souhaité qu’ils soient dans les priorités de notre Administration territoriale du Nord:
1-      L’Education : La contrainte de l’Enseignement; Notre systéme éducatif classé dernier du monde arabe peut prendre rapidement  classé1er du monde entier s’il est graduellement et à partir du 15 juillet 2017 remplacé par le systéme éducatif Oughoul el Ouahatt de Maaden El Ervane intensif et gratuit  qui assurera rapidement :
 -  Une admission au Bac scientifique trilingue en 3ans (au lieu de 7ans) avec un taux de 70% (au lieu de 5%)de notre jeunesse à l’âge de 15 ans pour devenir doctorant à l’âge de 19  à 20 ans.
- Une économie de 90% du Budget actuel du Ministére de l’Education, c'est-à-dire prés de40 milliards d’Ouguiyas par an..
- Un retour massif des  populations,  chassés  par le  manque d’enseignement  secondaire performant  au terroir.
- Le sauvetage de notre jeunesse de l’extrémisme violent, du racisme, tribalisme vulgaires et du chômage qui envahissent le monde.
J’ai proposé l’engagement d’un Projet pilote vulgarisateur dans le Département d’Aoujeft  .
Aucune autorité administrative ou politique ou non n’ignore les performances du systéme Oughoul El Ouahatt de Maaden.
2-      L’Agriculture : Si l’Oasis enclavée de Maaden qui subi une perte de 80% de sa production de 2000 tonnes de légumes (au profit ds termites et des criquets) espère  toujours pouvoir convaincre l’Etat de l’appuyer pour produire 20.000 tonnes dans la prochaine campagne maraîchére 2018 pour un revenu de plus de 2Milliards d’UM, par l’octroi d’un crédit de 40 millions remboursable en 1ére campagne par les frais de transport de la production vers  Nouakchott. Que dire des autres communes et Moughtaa des 4 Wilayas ?
N.B. : Excellence les criquets ravagent depuis un mois notre production dattiére sans réaction des services concernés bien que dûment informés. SVP , aidez nous !
3-      L’environnement et les mines : les mines s’épuisent,  les palmiers traditionnelles se dessèchent par dizaines  et centaines de milliers en Adrar.
 Mais de nouvelles opportunités dans le Nord dans  la valorisation des recettes des mines  dans l’exploitation des Oasis modernes hors oasis favorisée  par la récente extension de la surface cultivable du palmier de plus de 600.000 ha due  au réchauffement de la terre vers le l’0uest et le Nord (Boulenouar, 80Km Est de Nouadhibou)   créatrice de 1.200.000 emplois de jeunes s’ouvrent grâce aux nouvelles technologies de transformation du soleil et du vent à faibles coûts en énergie, de dessalement à grands débits de la mer d’irrigation localisée à distance par téléphonie , la culture in vitro … pour transformer notre Sahara en forêts denses verdoyantes de palmiers porteuses de revenus de 20millions d’UM par ha aux revenus de plus de 400 milliards par an envisageable si notre pays accepte notre proposition de sauver notre civilisation par des investissements pris sur les ventes de nos ressources minières avant leurs épuisements.,
Serai-je à Atar le 13 Mai  pour le séminaire?
 j’hésite à désigner mon adjoint résident à Atar. Ce n’est pas que  la topologie cadastrale n’est pas  mon fort  mais que j’espère d’être consulté par le Gouvernement pour l’engagement de  l’un ou de tous ces thèmes de fond que je  vous confie régulièrement à notre presse  que vous avez courageusement créé et libéré .
 Nouakchott le 11 Mai 2017
Cheikhany Ould Sidina  tel : 44155715
Maire de Maaden El Ervane

Ould Noueigued veut exproprier 566 familles

Écrit par Eclairage le . Publié dans Régions

Sidiya Oumar - 566 foyers modestes habitants leurs maisons depuis des années dans l’extension de Teyarett sise à El Mechrou derrière le Génie militaire, ont reçu la visite de Sidi Ould Zamel l’huissier attitré du Banquier Mohamed Ould Noueigued qui leur a remis une mise en demeure leur demandant de quitter les maisons qui leur appartiennent. (voir l’Annexe plainte contre les familles) 

Selon l’huissier les terrains de la zone appartiendraient à Mohamed Ould Noueigued. Les propriétaires ont montré à l’huissier leurs permis d’occuper et leurs quittances de paiement pour des lots sur lesquels ils ont construit affirmant qu’ils n’ont pas l’intention de les quitter. 

Malgré cela, et en dépit d’un arrêt défavorable rendu déjà en première instance (voir l’Annexe avec mentions 1/2 et 2/2) Mohamed Ould Noueigued maintient sa plainte devant le Tribunal de Teyarett pour demander ni plus ni moins que la saisie des 566 familles. Un réflexe pavlovien d’un habitué aux saisies injustes. 

A noter que Oud Noueigued dispose de permis d’occuper controversés avec jusqu’à 20 lots jumelés par permis, qui font qu’il s’était vu attribuer 566 lots en juillet 2002, en une seule journée, sous la signature d’un seul wali. Les permis d’occuper portent des superficies de 1800 mètres carrés en violation des dispositions de l’article 142 de la loi foncière. (voir l’Annexe Permis 15971 et 15972) 

Le wali en question interrogé par la justice a dit ne pas se rappeler d’avoir fait une telle attribution de terrains. (voir les Annexes du 20/04/2014 et du 28/4/2014).

Il s’agit donc d’une attribution assez suspecte, qui suscite des interrogations en première desquelles, l’authenticité même de la signature et du cachet du wali, compte tenu des antécédents rocambolesques en la matière, notamment, avec le fameux cachet du Trésor… 

L’affaire amène également à ses poser d’autres questions :

1) Comment 566 lots ont-ils été attribués à (l’Ets Mohamed Ould Noueigued) en fait à une seule personne, en une seule journée (le 17 juillet 2002) en violation de la loi qui dispose qu’une superficie de plus de 1000 m2 ne peut être attribuée qu’en Conseil des Ministres ?

2) Comment peut-on attribuer 70.000 mètres carrés, soit une moughataa, à une seule personne ?

3) Pourquoi il n’y a aucune référence à une quelconque lettre d’attribution et encore moins à des quittances de paiement sur les permis d’occuper avancés par Ould Noueigued ?

4) Si ces terrains appartiennent à Ould Noueigued pourquoi attend-il qu’ils soient construits pour exiger l’expulsion d’environ 2000 personnes ? 

5) Pourquoi les 566 lots ont été cédés par Ould Noueigued à l’un de ses hommes de main connus un certain Ahmed Ghoulam Ould Menna sur un papier signé par Ould Hemdeit contrairement à la nomenclature des permis qui précise qu’ils ne peuvent être cédés ? (voir l’Annexe N° 5338)

6) Est-ce pour que ce personnage amuse la galerie, s’occupe du sale boulot de la plainte contre 566 familles et permette à son patron de ne pas s’afficher tout en tirant en fait, les ficelles ?

7) En portant plainte devant la justice, Ould Noueigued, semble disent certains, compter encore, sur la période maintenant révolue, où il pouvait corrompre les juges et obtenir des saisies sur commande.

8) Que cherche Mohamed Ould Noueigued au juste avec cette plainte ? Veut-il créer les conditions d’une révolte sociale pour déstabiliser le régime du président Aziz ?

Une hypothèse probable quand on sait que Mohamed Ould Noueigued dit à qui veut l’entendre tout le mal qu’il pense du régime actuel, mettant ainsi fin, au semblant d’apaisement de ces trois dernières années surtout que sa rancune tenace à l’endroit du Président Aziz depuis l’affaire des virements de la BCM pourrait aussi ne pas être étrangère à ces développements. 

D’autres observateurs pensent que cette plainte ayant pour but l’expulsion de 566 familles trouve sa source dans la psychologie du personnage, qui, pensent certains, prend un malin plaisir à humilier et à rendre malheureux ceux que le hasard a mis sur sa route.

En plus, cette triste expérience pour 566 familles nous édifie davantage sur le Partenariat Public Privé (PPP) souvent remâché par Mohamed Ould Noueigued. On découvre que le PPP pour lui n’est autre que : Pouvoir Piller le Peuple. Nous lançons un appel à tous les Mauritaniens et à toutes les Mauritaniennes afin de sauver toutes ces familles d'une expropriation qui les mettrait à la rue.

















Référendum : Les cadres d’Aleg se réunissent

Écrit par Eclairage le . Publié dans Régions

La fédération de l’Union Pour la République du Brakna a convoqué les cadres du département d’Aleg à la fédération des femmes ‘’unies pour la république’’. Plusieurs cadres de la moughataa centrale ont répondu à l’appel.

La chose était très simple : Il s’agit de faire une démonstration de force le 22 avril à l’occasion du meeting populaire que les Alégois vont organiser en faveur du passage des amendements constitutionnels que le gouvernement compte soumettre à travers un référendum dont la date n’a pas encore été précisée.

Déjà, avant les militants d’Aleg, ceux de Cheggar se sont rassemblés pour donner le ton d’une grande mobilisation populaire des populations du Brakna en faveur d’un oui massif pour les amendements constitutionnels recalés le 17 mars dernier par trente trois sénateurs de la chambre haute. Dans cette histoire, les gens du Brakna auraient particulièrement un défi à relever.

La direction de leur parti leur aurait explicitement fait comprendre que leur meeting doit constituer une réponse très éloquente à la dernière sortie de sa réserve de l’ancien président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi.

La présence à la réunion de quasiment tous les cadres de la moughataa signifie que tout sera mis en œuvre pour que le 22 avril prochain des milliers de personnes prennent d’assaut la maison des jeunes d’Aleg où la manifestation sera organisée.

Les petites querelles de minarets entre les responsables des tendances locales inter-UPR ne seraient plus ni acceptables ni d’actualité. Après le coup très dur des sénateurs, le président Mohamed Ould Abdel Aziz serait complètement sorti de ses gonds.

Il aurait, selon des sources proches de la majorité, imputé cette déroute, d’une part, aux petites divergences qui existent entre certaines grosses pontes du parti/Etat et au laisser aller ambiant qui y règne, d’autre part.

Depuis le rejet inattendu des amendements par le Sénat, Ould Abdel Aziz aurait donné ordre à tous les responsables de ce parti d’enterrer définitivement la hache de guerre puisque la gravité de la situation impose à tous de s’unir pour faire passer sans coup férir les amendements constitutionnels issus du dialogue politique d’octobre/septembre qui seront proposés au cours du référendum.

La rencontre entre l’actuel premier ministre, Ould Hademine et son prédécesseur/rival, Ould Mohamed Lagdaf rentre dans le cadre de cette nouvelle dynamique de resserrement des rangs pour une large victoire à la consultation populaire prochaine. Dans le feu de l’action, Ould Abdel Aziz aurait demandé à ses soutiens de s’organiser au sein de l’Union Pour la République.

Aucune autre voie ne serait plus pour le moment acceptée. A la suite de cette instruction, les plus grands rivaux d’hier se sont retrouvés. De véritables alliances contre-nature qui étaient encore inimaginables il y a quelques semaines. Le ministre de l’hydraulique Mohamed Abdallahi Ould Oudaa a reçu dans son bureau les deux députés d’Aleg.

L’ancien consul de la Mauritanie à Djeddah, Sid’Amar Ould Sidna a invité à dîner le député Zeini Ould Ahmed Hadi et le patriarche Ismaël Ould Amar. Pour qui connaît les alliances locales de la moughataa d’Aleg, c’est véritablement un signe des temps.

L’heure est plutôt à colmater les brèches et à organiser les forces pour ne pas être surpris de nouveau. Pour cela, le conseiller à la primature Sidamine Ould Ahmed Challa, le fédéral de l’UPR au Brakna, Mohamed Ould Diahloul, le secrétaire général du ministère de la jeunesse et des sports, Mohamed Ould Abdi, le directeur de la tutelle financière, Abass Sow, l’ancienne ministre de la culture, Hindou Mint Ainina, l’ancien maire de Nouakchott, Mohamed Mahmoud Ould Agrabatt, les deux députés d’Aleg et son sénateur, respectivement Zeini Ould Ahmed Hadi, Den Ould El Bar et Soueidatt Ould Boubacar, l’ancien comptable de l’ambassade de la Mauritanie à Dakar, Sidi Ould Yowma et tous les autres cadres de la Moughataa doivent mobiliser leurs bases pour garantir un bon score au niveau de leur département.

Mais avant cela, le meeting d’Aleg constituera un bon baromètre qui permettra de juger de la capacité des uns et des autres de pouvoir mobiliser les populations pour l’atteinte de cet objectif.

El kory Sneiba

Le Calame

Soutien aux amendements constitutionnels: Le Tagant se mobilise

Écrit par Eclairage le . Publié dans Régions

Le Calame - Les cadres et acteurs politiques de la Wilaya Du Tagant se sont retrouvés en masse jeudi dernier dans l'après midi, à l’ancienne maison des jeunes de Nouakchott

Ce fut une grande mobilisation parce que visiblement, la région tenait, elle aussi, à marquer le coup. Hommes, femmes, jeunes de tous les âges ont accouru de tous les quartiers de Nouakchott pour répondre à l’invitation des initiateurs de cette rencontre, au cours de laquelle 32 intervenants se sont succédé au pupitre pour rivaliser en éloges du président de la République. 

Tous ont décliné les réalisations du président Mohamed Ould Abdel Aziz et demandé enfin de voter oui au référendum. A pareille occasion, certains ne cherchaient qu’à être écoutés et vus à la télévision, quitte à se répéter ou à répéter ceux qui les ont précédés. 

Prenant la parole, le fédéral UPR du Tagant, Mohamed Ould Abdi, a résumé l’essentiel de la rencontre en indiquant à l’assistance qu’il s’agit de d’aller sur le terrain, battre campagne en vue d’amener les citoyens à s’inscrire d’abord sur les listes électorales et de voter ensuite en faveur de des amendements constitutionnels, soumis à leur approbation. 

Il a invité enfin l’ensemble des cadres et acteurs politiques du parti, hommes et femmes et jeunes à ne ménager aucun effort pour atteindre cet objectif.

La cérémonie a enregistré la présence du président de l’UPR accompagné d’une grande délégation.

Signalons que la veille, des cadres, essentiellement Haratine de Tidjikja avaient organisé, dans la capitale régionale, un meeting de soutien auxdits amendements. 

Importante réunion au domicile du notable, chef traditionnel, diplomate et homme politique Sidi Mohamed Ould Mohamed Radhi

Écrit par Eclairage le . Publié dans Régions

Le domicile du notable, diplomate et chef traditionnel Sidi Mohamed Ould Radhi a refusé du monde ce dimanche soir, 16/04/2017, en accueillant les soutiens et proches de cet important homme politique de l’Assaba.

Prononçant un important discours devant des centaines de ses alliés politiques traditionnels, Ould Mohamed Radhi a surtout insisté sur la nécessité de veiller sur la cohésion sociale et la solidarité entre mauritaniens de tous bords. Cette réunion, qui a été un franc succès, de l’avis de plusieurs observateurs, fait suite à plusieurs autres organisées à Nouakchott, mais elle a eu comme particularité d’avoir vu la participation de représentants de la communauté peule venus de différents villages et localités de l’Assaba, tels « Ikfafa, Keyoulel et Lehmeykih).

Il y avait aussi la présence notable d’autres communautés connues en Assaba pour leur soutien politique au groupe politique d’Ould Mohamed Radhi.

Ce dernier a tenu à remercier l’assemblée pour leur contribution au succès de la manifestation organisée hier samedi au Palais des Congrès de Nouakchott sous le thème « Becha’ir Lassaba ».

 

Notons enfin que la réunion d’aujourd’hui a pour objectif de consolider les liens entre les groupes et personnalités politiques qui soutiennent le notable, diplomate et chef traditionnel Sidi Mohamed Ould Mohamed Radhi, notamment au sein de la fédération des Ehel Sidi Mahmoud.

Logo