Entretien avec Mme Argentina Matavel : « la famille des Nations Unies en Mauritanie a décidé avec le gouvernement d’élaborer un seul document de coopération »

Écrit par Super User le . Publié dans Politique

A la fin de sa visite d’une semaine en Mauritanie, la Directrice Régionale du Fonds des Nations Unies pour la Population pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre (UNFPA WCARO), Mme Argentina Matavel, a déclaré, vendredi 15 avril 2022, que les agences des Nations Unies travaillant en Mauritanie, ont décidé avec le gouvernement, d’élaborer un seul document de coopération pour créer la synergie et maximiser le peu de ressources dont elles disposent pour aider le pays dans son programme de développement.

La Directrice régionale UNFPA WCARO, Mme Argentina Matavel, a achevé vendredi 15 avril 2022 une visite de travail marathon en Mauritanie qu’elle a clôturée par une audience avec le Premier ministre, M. Mohamed Ould Bilal.

Tour d’horizon sur une visite d’une semaine

Au cours de sa tournée d’une semaine en Mauritanie, Mme Argentina Matavel a rencontré tour à tour quelques membres du gouvernement, le Ministre des Affaires Economiques et de la Promotion des Secteurs Productifs, M. Ousmane Mamoudou Kane, le Ministre de la Santé, M. Mokhtar Oud Dahi et la Ministre de l’Action Sociale, de l’Enfance et de la Famille, Mme Savia Mint N’Tehah.

Elle a aussi visité deux structures de la société civile actives dans le domaine de la santé sexuelle reproductive et la planification familiale, ainsi que dans le domaine de la protection et de la prise en charge des survivantes des violences basées sur genre. Il s’agit en l’occurrence de l’Association Mauritanienne pour la Promotion de la Famille (AMPF) et l’Association Mauritanienne pour la Santé de la Mère et de l’Enfant (AMSME).

La Directrice régionale a visité aussi l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de la Santé (EN3S) de Nouakchott, qui attend toujours une homologation en tant que centre d’excellence pour le Mentorat des sages-femmes en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Mme Argentina Matavel a également eu une séance de travail avec le Coordonnateur de l’unité de gestion Mauritanie du Projet Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel (SWEDD), M. Abass Sylla et son équipe d’assistants techniques.

Elle a eu des entretiens avec le Coordonnateur du Système des Nations Unies en Mauritanie, M. Anthony Kwaku Ohemeng Boamah et a tenu une séance de travail avec les Représentants des différentes agences des Nations Unies.

Mme Argentina Matavel s’est rendue dans la ville de Chami, 250 Km de Nouakchott, pour assister aux journées spéciales sur la santé sexuelle et reproductive, organisées par l’AMPF, avec l’appui de l’UNFPA. Elle était accompagnée par la présidente de l’association, l’ancienne ministre Marième Mint Ahmed Aîcha et son équipe.

La Directrice régionale de l’UNFPA WCARO a été accompagnée durant tout son séjour par le Représentant résident de l’UNFPA en Mauritanie, M. Cheikh Fall et ses collaborateurs.

Le bilan de la visite

A l’issue de ces rencontres en Mauritanie, Mme Argentina Matavel a dressé le bilan de sa visite comme suit.

«  A la fin de ma visite d’une semaine en Mauritanie, ce que je ne fais pas toujours, et comme c’est la première fois, j’ai découvert un pays différent dans certains aspects des autres pays subsahariens que je connais. C’est pourquoi j’ai dédié toute une semaine à cette visite parce que je ne connais pas la géographie, ni les habitudes de la vie mauritanienne. Je voulais être là pour voir de mes propres yeux et écouter le gouvernement qui venait d’être changé.
J’ai rencontré aussi mes collègues du système des Nations Unies. Je suis surtout allée au-delà de Nouakchott, dans la ville de Chami, où j’ai passé toute une journée à visiter nos activités. Cela m’a permis de voir les grands changements dans la dynamique de population dans cette cité à cause de la découverte des mines artisanales, notamment le flux de jeunes à la recherche de revenus. Ce qui est de nature à créer une situation peu contrôlable parce que le gouvernement travaille avec des chiffres de recensement antérieurs à l’explosion démographique que la ville a connue, sous la poussée de Mauritaniens venus de partout mais aussi d’étrangers venus des pays voisins. Cette situation élargit le nombre de la population vulnérable qui a besoin de services sociaux.
Le plus important, c’est le temps qui m’a été accordé par le gouvernement, des échelons les plus élevés, le Premier ministre, le Ministre de l’Economie en charge du programme de développement, la nouvelle ministre de l’Action Sociale qui est au centre du mandat de l’UNFPA.
Pour vous rappeler notre mandat, nous travaillons pour que d’ici 2030, nous ayons zéro mortalité maternelle évitable, que chaque femme et chaque fille qui désire espacer ses naissances puisse avoir accès à une méthode moderne de contraception. Nous voulons aussi éliminer les violences basées sur le genre. Pour l’autonomisation de la femme, ces trois résultats sont importants, avec le maintien de la fille à l’école et l’arrêt du mariage des enfants.
J’ai partagé sur tous ces sujets avec le gouvernement qui a partagé avec moi ses soucis et son plan de développement, en l’occurrence la Stratégie de croissance accélérée et de prospérité partagée (SCAPP) qui intègre toutes ces questions sociales. Vous savez généralement les gouvernements travaillent en macro, les grandes infrastructures, les gros budgets santé et éducation, sans entrer dans les détails. Ainsi, la SCAPP accorde beaucoup d’attention sur tous ces « détails », le développement du capital humain qui passe par la scolarisation des enfants, garçons et filles. La SCAPP met aussi l’accent sur l’autonomisation de la femme, malgré les pesanteurs sociales qui empêchent la femme de participer au développement du pays.
J’ai constaté avec plaisir que le gouvernement a mis beaucoup l’accent sur cet aspect dans son programme et qu’il a avancé son souci d’être accompagné. Il nous demande de l’assister sur le plan technique pour que ses objectifs soient atteints.
Pour l’UNFPA, le gouvernement avait réitéré ses engagements pendant la conférence de Nairobi en 2019. Il a réitéré les engagements qu’il avait déjà pris lors de la conférence sur la CIPD de 1994 au Caire.
Aujourd’hui, à la fin de ma visite, je suis encouragée en constatant que la Mauritanie est sur la bonne voie. Nous prions pour la paix, et constatons que le gouvernement mauritanien travaille étroitement avec les pays frères du G5 Sahel pour que la paix règne dans l’ensemble du territoire et pour que ses objectifs soient atteints.
J’ai visité la Mauritanie pendant le mois saint du ramadan. J’espère que cela veut dire que notre programme est béni et que tout notre travail qui s’est déroulé sous le regard bienveillant de notre Créateur puisse s’achever comme nous le souhaitons.
J’ai discuté avec la famille des Nations Unies présents en Mauritanie. Ils sont en train de préparer le nouveau programme de coopération avec le pays. Ils ont décidé, avec le gouvernement, de faire un seul document de coopération, au lieu que chaque agence fasse son document à part. Ceci est important parce que finalement, nous allons pouvoir créer des synergies et maximiser le peu de ressources que nous avons pour pouvoir atteindre les objectifs de développement de la Mauritanie et de son peuple.
Nous félicitons le gouvernement et nous lui souhaitons toute bénédiction dans ses entreprises
 ».

Propos recueillis par
Cheikh Aïdara

 

Logo