29-09-2020 07:45 - Le président de la CNDH s’entretient avec l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique

Écrit par Super User le . Publié dans Politique

AMI - Le Président de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), Me Amed Salem Ould Bouhoubeyni, a reçu lundi, la visite de l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Mauritanie, SE M. Michael Dodman.

Les deux parties ont abordé les relations de coopération entre la Mauritanie et ses partenaires matière de Droits de l’Homme. Le président de la CNDH a fait une présentation de son institution, de ses objectifs, ses défis et réalisations. Me Ahmed Salem Ould Bouhoubeyni a expliqué que la CNDH a en charge la protection et la promotion des droits de l’Homme en Mauritanie.

Au cours de sa présentation, Me Bouhoubeyni a annoncé que son institution a désormais accès à tous les lieux de privation de liberté. Ceci permet de visiter à tout moment, tout individu dans les lieux de détention, pour s’assurer que ses droits sont respectés, notamment la visite de son avocat et de sa famille.

Dans ce cadre, il souligne que la CNDH a visité la semaine dernière, la prison de Dar Naim, la prison civile, la prison des femmes et la prison d’Aleg. Un rapport sera fait et transmis aux autorités, a-t-il ajouté.

Outre le traitement des personnes en détention, le président de la CNDH a souligné deux autres priorités. Il s’agit de l’accès à l’état-civil et de la lutte contre l’esclavage. Pour ce qui est de l’état-civil, il dira que les autorités compétentes ont été saisis et qu’ils ont désormais un point focal à l’agence national des registres et titres sécurisés. L’objectif de cette coordination est de prévenir des cas de discrimination dans l’obtention des papiers d’état-civil, et les violations éventuelles.

S’agissant de l’esclavage, Me Bouhoubeyni a déclaré qu’un système de plainte est entrain d’être conçu en ce moment même et sera intégré au site web de l’institution ainsi qu’à sa page Facebook. Il vise à instaurer un climat de transparence et à briser le tabou sur certains sujets comme le passif humanitaire ou l’esclavage. A propos de l'esclavage, Me Bouhoubeyni a assuré qu’à chaque fois qu’un cas est signalé, une mission est envoyée sur le terrain pour une enquête. Ensuite un rapport est produit et le suivi est effectué.

Selon lui, le mécanisme a été mis en place avec le concours du Bureau des Nations Unies pour les droits de l’Homme en Mauritanie. Il dispose d’une gouvernance horizontale et est ouvert à toutes les organisations qui veulent en faire partie. Il cite le FONADH et l’AMDH qui font partie du mécanisme.

Toujours à propos de l’esclavage, le président du CNDH a estimé que la caravane de sensibilisation avec le slogan « Tolérance zéro » a donné satisfaction. Mais elle a également permis de comprendre qu’une partie de la population vit une autre forme d’exclusion par le fait de ne pas avoir accès aux services sociaux de base. C'est pourquoi un accord a été conclu entre la CNDH et Taazour pour apporter des réponses économiques afin de réduire les disparités sociales.

Prenant la parole à son tour, l’ambassadeur des États Unis s’est dit rassuré par la présentation de la CNDH. Pour lui, les Etats-Unis sont soucieux de la promotion et de la protection des droits de l’Homme partout dans le monde, y compris en Mauritanie. Il a rappelé que les rapports annuels sur l’état des droits de l’Homme en Mauritanie démontrent que des progrès significatifs ont été constatés, surtout au cours de cette période d’ouverture tout en précisant que des améliorations pourraient être faites.

Les deux parties ont estimé qu’en mutualisant les efforts, la démarche de promotion et de protection des droits de l’Homme sera plus ancrée.





 

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité



 

Logo