Boghé : l’ONG "JOORTO" sensibilise les coopératives féminines sur la nutrition [PhotoReportage]

Écrit par Eclairage le . Publié dans Politique

Terroir Journal - Le Hakem Mouçaîd accompagné du maire adjoint de la commune de Boghé entouré de Hourraye Abdarrahmane DIA, représente locale du MASEF, de Gadio Hamdou Raby, notable ainsi que de Mariata Abdallahi Dia présidente de l’ONG ʺFabouyaʺ et Consultante qui pilote la formation a donné le coup d’envoi de l’atelier organisé par l’ONG "JOORTO" dirigé par Madina TALL. 

Un atelier de formation axé sur la nutrition infantile. Plusieurs représentes de groupements féminins issues des localités de Houdallaye, Nioly, M’Balladji, Roueîmdi Taleb Mohamed Boghé Dow ont participé à cet atelier de formation de trois jours qui a débuté le 28 Septembre s’est terminé le 29 de ce mois par une caravane. 

Une session de formation axée sur la thématique de la nutrition infantile et la gestion des enfants menacés de malnutrition (Actions et Sensibilisation). 

Dotée d’une solide capacité dans le domaine depuis plus d’un quart de siècle, l’experte a d’abord interrogé les participantes sur le concept nutrition avant de développer le sens ; en partant de la définition de l’aliment pour insister après sur la différence entre le concept aliment et met. L’importance des trois plats journaliers (petit déjeuner, déjeuner et dîner) pour l’enfant notamment. Elle a également décrit et expliqué l’importance de ces aliments pour l’enfant. En commençant par les lipides puis les glucides qui participent selon elle à la production de l’énergie, les protides, les sels minéraux, l’eau et les vitamines qui contribuent à la protection de notre organisme. 

Aliments passés à la loupe 

Elle a défini le rôle et la source de chacun de ces groupes d’aliments. Il faut que tous ces aliments soient présents dans un repas pour être appelé aliment complet a affirmé la consultante. 

Le manque de certains aliments chez l’enfant peut entrainer des conséquences sanitaires graves pour la croissance de celui-ci. 

Elle abordé aussi l’importance de l’allaitement maternelle pour l’enfant ainsi que le respect strict de la durée de 24 mois pour une mère allaitante. Mais dès l’âge de 6 mois, l’allaitement de l’enfant peut être complété par d’autres aliments comme la céramie. A cet âge, l’enfant doit être alimenté régulièrement du lait maternel et d’une autre alimentation même a-t-elle affirmé.

Un enfant est alimenté depuis la grossesse de sa mère déclare la formatrice et allaité immédiatement après la naissance pour armer son organisme en anticorps. L’hygiène doit être respectée scrupuleusement durant toutes les étapes de la préparation alimentaire a ajouté Marita qui traduisait simultanément ses propos en Hassaniya. Ce qui est rare chez nos consultants.

Importance du vaccin HBS et survie de l’enfant 

Un exposé ponctué parfois par les interventions de Bané, une infirmière très expérimentée dans les questions nutritionnelles qui a notamment exhorté les mères de familles à veiller à la vaccination précoce des enfants ; dès la naissance avec le vaccin HBS. Un vaccin qui contribue à la prévention des hépatites. Il ne s’agit pas de manger en grande quantité pour croire qu’on est bien nourrit mais plutôt de consommer des aliments riches des nutriments essentiels tels, les protides, les lipides, les glucides, les sels-minéraux et les vitamines. 

Les mamans ne doivent pas refuser d’allaiter leurs enfants sous le prétexte que leurs seins ne contiennent pas suffisamment de lait a dit Mariata car c’est la succion qui stimule la production du lait. Il y’a aussi la nécessité de respecter les techniques d’allaitements. Eviter d’adopter n’importe quelle position a-t-elle affirmé. 

La mère peut aussi traire son lait à partir de son sein, le mettre dans un récipient et le garder dans réfrigérateur. Elle peut congeler ce lait dans de petits pots dans le but de le donner à l’enfant à son absence. Pour préparer le sevrage de l’enfant, elle a indiqué également l’alimentation conseillé qui se compose de farine de céréales bouillies qui doit être servi aux enfants. Cette poudre constituée de produits locaux accessibles est d’une grande qualité calorifique. Le recours au céramie qui reste au porté des familles du monde rural. Et celui-ci se compose d’arachides, de mil, de maïs, de riz et de Nièbé.

S’agissant de la malnutrition, les participantes ont eu droit à un exposé sur les signes et les conséquences sur la croissance, la santé et le développement de l’enfant. Certaines carences en fer, en iode, en calcium, en vitamine ʺDʺ et en protéines ont été présentées. Eviter d’appauvrir les aliments par les mauvaises manipulations : laisser longtemps les céréales dans l’eau, trop griller. Nos animaux profitent beaucoup plus de nos aliments que nous-mêmes a affirmé la formatrice. 

S’agissant de la céramie, elle conseille de laver, de rincer très rapidement les céréales et sécher au soleil, après avoir enlevé les mauvaises graines avant d’entamer la préparation a affirmé le professeur de sciences naturelles. Avec ces graines vous obtenez une farine très riche en protéines.

Un fait particulier a attiré l’attention des participantes, l’existence d’une stratégie nationale sur la nutrition et qui reste la base de toutes les actions entreprises par l’Etat ses partenaires dans le secteur. Aucune organisation non gouvernementale ne peut intervenir sans l’accord du ministère de la santé a fait savoir la consultante.

Une caravane s’est ébranlée de Boghé le 29 Septembre dans la matinée pour se rendre dans les localités de Houdallaye, MBalladji, Roueîùdi Taleb Mohamed, Nioly et Boghé Dow pour inspecter le degré d’assimilation des acquis des femmes dans la domaine de la préparation des aliments nutritionnels. Arrivés vers 11 H à MBalladji, la délégation de ʺJOORTOʺ sommes reçus par un groupe de femmes. Les ustensiles de ménages à côté, elles s’affairaient autour de la préparation d’un aliment contenant tous les nutriments, un aliment complet. Un Zrig est servi rapidement à la délégation de ʺJOORTOʺ. 

Beaucoup d’enfant autour pour déguster le plat une fois prêt. Le dépistage effectué par Hourriya Abdarrahùane sur les enfants décèle un cas de malnutrition. A Houdallaye, trois cas de malnutrition sont décelés. La discipline observée chez les nombreux enfants du village de Roueîmdi fait dire à un membre de la délégation qu’il y’a moins de malnutrition qu’ailleurs. A chaque étape, des tee-shirts et des casquettes sont distribués aux enfants et mères de familles trouvés sur place.

Les bénéficiaires s’expriment : 

Maîmouna Abdoulaye BA de Houdallaye, c’est une formation qui se déroule bien et nous sommes là depuis hier jusqu’à aujourd’hui. Nous ne savions pas beaucoup de chose sur la nutrition mais nous commençons à maîtriser les choses. La formation machallah s’est bien passée ; Rires ……………… 

Mowa Mint Mohamed de MBalladji, Allah merci, cette formation est très importante et nous a fournit beaucoup d’enseignements et nous leurs souhaitons une réussite dans leurs projets. 

Daouda AK DIOP

----