Qu’il exhibe ses preuves

Écrit par Eclairage le . Publié dans Politique

Terroir Journal- L’ancien Adjudant chef militaire admis à la retraite depuis plusieurs années se plaint de Monsieur Nagi qui a déposé une plainte contre lui, voilà maintenant deux années. Ce dernier réclame à l’ex-militaire une somme qui s’élève à 9 millions d’ouguiyas et qu’il soutient avoir remis à l’ancien soldat de l’armée par l’intermédiaire d’un nommé Aly selon M. Sow. 

Le plaignant selon ce dernier a convaincu la justice nationale qui l’a condamné à deux années de prison. Le juge Sidi Yahya à en croire toujours Sow Seydou Yéro a agi sous la pression. Car selon lui, le plaignant qui n’est toujours pas satisfait de ce jugement vient de réintroduire la même plainte contre lui. 

Et M. Nagi se prévaut cette fois-ci de sa proximité avec la tribu du nouveau Raîss, Ghazouani. Ce montant pour lequel, il a purgé deux années de prison ne suffit pas à Monsieur, Nagi qui dit-il est incapable de fournir la moindre preuve contre lui.

Il poursuit en affirmant que M. Nagi tente encore d’user de relation tribale avec le nouveau Raîss pour s’acharner sur sa personne. L’ancien président, Mohamed O Abdel Aziz conscient du tort qui m’a été fait par Nagi a facilité ma remise en liberté, a affirmé l’ex-soldat qui ne cesse de s’interroger sur les motivations réelles de cet homme, Nagi en l’occurrence. 

Après avoir échoué, dit-il, à épurer la communauté Peulh durant les évènements de 1989, cette catégorie d’individu comme Nagi persiste à brimer les éléments Négro-africains, a-t-il continué en colère.

Comment peut-on déposer une plainte contre quelqu’un sans la moindre preuve et persister encore, dit Mr Sow! Nous avons tenté de joindre en vain M. Nagi mais nous restons ouverts à recueillir sa version des faits à n’importe quel moment.