30-07-2019 08:29 - Une approche préliminaire pour l’amélioration du système salarial mauritanien

Écrit par Eclairage le . Publié dans Politique

Dr Nouredine MOHAMEDOU - Introduction : 

Le système de salaires et de rémunérations en Mauritanie fait partie de l'héritage administratif et de gestion de l’époque coloniale, française. 

La situation est similaire dans la plupart des pays de la sous-région, où les grilles salariales et de retraites traînent encore les vestiges d’une culture salariale strictement héritée de l’ère coloniale. Et ce, au moment où les ex-colonisateurs eux-mêmes semblent l’avoir abandonné en partie, si ce n’est totalement, aujourd’hui.

Malheureusement, ces pays continuent à adopter étrangement des normes salariales rigides, complexes, quasi-identiques, déséquilibrées, et surtout aussi caduques qu’obsolètes. 

Cela persiste, souvent, abstraction faite de l'évolution du monde de l'emploi, de marchés du travail, de la mondialisation des grilles et normes salariales, et de l’évolution d’indicateurs objectifs en la matière, de forme et de fond.

A travers l’approche tentée ici, je voudrais proposer une première ébauche théorique, pour reconstruire le système de salaires, d'avantages sociaux et de retraites en Mauritanie. Ainsi, celui-ci devrait se baser sur des principes logiques, réalistes, ambitieux et simplifiés. Afin de combler progressivement l’écart dû aux disparités importantes entre les salaires réellement mérités et perçus d’une part, et tenter de booster le pouvoir d’achat réel des travailleurs d’une autre part, l’idée a effleuré l’esprit.

Il est donc clair pour toute personne intéressée par la question que les impacts positifs d’une telle métamorphose salariale seraient rapidement palpables, aussi sur la nature du système national de traitements et salaires, y compris au sens de l’équité salariale, ainsi qu’au ressenti immédiat de la transparence par les travailleurs et fonctionnaires. Ce qui aura, sans doute, de nombreuses conséquences positives sur l’efficacité des services offerts dans leur ensemble, et sur la réhabilitation du statut des fonctionnaires, notamment publics, uniformément dans tous les secteurs de l’État.

Un tel sursaut salarial conduira inéluctablement, à la fois, à combattre plus efficacement l’absentéisme au travail et à stimuler l’innovation et le génie du travail vers l’excellence des services. Il ne manquera point d’améliorer l’éthique des professions et des pratiques administratives, réduirait le phénomène de détournement de fonds et biens publics, et découragera assurément le cumul d’emplois ...

Cette nouvelle approche présente également un autre avantage fondamental. Il s'agit d'une évolution significative du SMIC (salaire minimum de croissance, anciennement appelé SMIG : salaire minimum interprofessionnel garanti, [France, 1950 à 1970]), ce qui réduirait le très grand écart entre celui-ci et le salaire le plus élevé en Mauritanie. En effet, ce dernier représente aujourd'hui environ 230 fois le salaire le plus bas du pays ; Plus qu’une rareté morale à travers le monde! Tandis que notre approche tend à propulser notre SMIC vers le haut, de sorte à ce que le salaire de base le plus élevé du pays ne dépasse plus 20 fois le double du SMIC, dans un premier temps (d’édifiants exemples sont disponibles dans beaucoup de pays à travers le monde).

A cette caractéristique, s'ajoute un autre avantage vital ; à savoir, la fin de notre ridicule système de pensions qui ne correspondent plus – depuis longtemps – à aucune forme de vie digne en Mauritanie d’aujourd'hui. Sinon, que l’on m’indexe un juge, un enseignant, un soldat, un médecin, un professeur ou même un directeur général en retraite ... qui arrive à mener dignement sa vie de retraité, en subvenant à ses besoins les plus élémentaires, uniquement grâce à sa petite pension de retraité, en Mauritanie d’aujourd’hui ?!

Par conséquent, je suggérerais une abolition pure et simple de notre système de retraite et de pensions aussi misérables que ridicules. Désormais, chaque fonctionnaire ou employé devrait bénéficier, dès son départ en retraite, d’une pension nettement équivalente, au moins, à son dernier salaire de base perçu, en exercice. Une mensualisation des versements de ces pensions est moralement et fortement exigible, afin que nos retraités ressentent, en fin, un minimum de reconnaissance de leur pays. 

Par ailleurs, des analyses scientifiques complètes et plus approfondies devraient être menées pour déterminer avec précision (scientifique) l’âge de retraite « méritée » dans le pays, loin des copier-coller aveugles, provenant des législations d’autres pays. Des facteurs comme la spécialité, secteur d’activité, effort physique, effort intellectuel et niveau de responsabilité, devraient enter en jeux, afin d’aboutir à une matrice salariale professionnellement mieux élaborée. 

In fine, une question cruciale se pose : Est-il donc légitime que la nation mauritanienne aspire aujourd'hui à créer son nouveau et propre système de rémunérations, en plus réaliste et plus efficace que l’actuel ... pas moins qu’elle eût l’ambition et le droit d’inventer, avec un audacieux succès, sa propre monnaie nationale en début des années soixante-dix, du siècle dernier? A mon humble avis, la réponse saute aux yeux. C’est évidemment OUI.

En ce sens, je proposerais une suppression totale de la matrice de notre grille salariale actuelle, aussi en Fonction Publique mauritanienne qu’au secteur privé et non gouvernemental qui s’en inspire. Construire donc une nouvelle grille salariale, répondant à la nature des besoins réels des travailleurs en Mauritanie, permettrait sans nul doute de répondre aux nécessités quotidiennes des employés et fonctionnaires, de manière plus réaliste et rationnelle, sous une forme simple, afin que les uns et les autres puissent l’appréhender: en compréhension, application, et amendement si nécessaire, si Allah le Veut.

La nouvelle approche :

La grille salariale proposée est basée simplement sur un nouveau critère unifié, qui peut être lié à un ou plusieurs prix (en moyenne) des produits (ou de matières) de consommation, de première nécessité : quotidiennement indispensables à chaque citoyen, quel que soit son niveau de vie. Par exemple, on peut calculer le coefficient que j’appelle ici unité salariale unifiée, au moyen d’une simple équation arithmétique de la forme:

Unité salariale = un facteur multiplié par le prix moyen du mouton ou d’un Kg de viande + un facteur multiplié par le prix d’un Kg de riz + un facteur multiplié par le prix du kilowatt d'électricité ou d’une tonne d'eau potable, etc. En d’autre termes, génériquement plus simples :

Unité Salariale (Us)= Coefficient de pouvoir d’achat (Cpa) x Prix Moyen de Consommables (PMc)

Cela donne l’expression suivante en symboles abrégeants:

US = Cpa x PMc

Ainsi, le salaire de base de chaque employé, toutes catégories professionnelles confondues, se calcule aisément en fonction de l’unité salariale susmentionnée, sur base de trois nouveaux coefficients canoniques, comme suit:

Le salaire de base d'un employé = l'unité salariale unifiée (calculée ci-dessus) multipliée par la somme des trois coefficients canoniques [ un nombre compris entre 0 et 10 correspondant à l’effort physique lié à l’emploi en question + un nombre compris entre 0 et 20 correspondant à l'effort intellectuel fourni par l’employé + un nombre compris entre 0 et 30 représentant le niveau de responsabilités administratives endossées éventuellement par l’employé ], le tout divisé par 3 ; Sachant que Cep + Cei + Cnr est toujours supérieur ou égal à 1, dans tous les cas. Ce qui revient à la simplification expressive suivante:

Salaire de base (SB) = US x [ Coefficient Effort Physique (Cep) + Coefficient Effort Intellectuel (Cei)+ Coefficient Niveau de responsabilité (Cnr) ] /3 où Cep +Cei+Cnr >=1

Cela donne l’expression suivante en symboles abrégeants:

SB = US * [ Cep + Cei + Cnr ] / 3 , avec Cep +Cei+Cnr >=1

Ainsi, tout employé ou fonctionnaire du secteur public ou privé sera informé aisément du niveau et détails de son salaire et rémunérations, mais aussi de sa pension en cas de retraite, simplement en fonction de sa catégorie professionnelle, de son niveau dans cette catégorie, et de son ancienneté.

Exemples d'application:

Hypothèses:

- Prix moyen d’un Kg de viande aujourd'hui: 2000 ouguiya MRO

- Prix moyen d’un Kg de riz aujourd'hui: 300 ouguiya MRO

- Nombre de jours de travail par mois = Cpa = 30 jours

Calcul de Unité Salariale (Us):

US = Cpa x PMc

US = 30 x (2000+300)

US = 30 x 2300

US = 69000 Ouguiya MRO

Dans cet exemple, l’unité salariale est estimée à environ 69 000 Ouguiya MRO. Ce qui pourrait être confondu, pour simplifier dans un premier temps, avec le salaire minimum à la croissance (SMIC) dans le pays.

A titre d’être, vous trouverez ci-après le calcul des salaires de base respectifs pour les employés et fonctionnaires, de différents niveaux en catégories professionnelles : administrative, exécutive, politique, territoriale, etc., en appliquant l’expression arithmétique détaillée au-dessus, prenant en compte le niveau dans chacun des trois coefficients canoniques mentionnés plus haut (effort physique, effort intellectuel et le niveau de responsabilité qui incombe à l’emploi en question).

Rappelons à nouveau la formule de calcul du salaire de base :

SB = US x [ Cep + Cei + Cnr ]/3 , avec Cep +Cei+Cnr >=1 

A- Administration publique, élus, organes constitutionnels, …

1. Ouvriers, personnel subalterne, …

Niveau 1 

SB = 69000 x [ 5 + 0 + 0 ]/3 = 115000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 5 + 1 + 0 ]/3 = 138000 MRO

Niveau 3 

SB = 69000 x [ 5 + 1 + 1 ]/3 = 161000 MRO



2. Agents de maîtrise

Niveau 1

SB = 69000 x [ 6 + 1 + 1 ]/3 = 184000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 7 + 1 + 2 ]/3 = 230000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 8 + 1 + 3 ]/3 = 276000 MRO

3. Personnel intermédiaire

Niveau 1

SB = 69000 x [ 5 + 3 + 5 ]/3 = 299000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 5 + 3 + 6 ]/3 = 322000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 5 + 3 + 7 ]/3 = 345000 MRO

4. Cadre intermédiaire

Niveau 1

SB = 69000 x [ 5 + 5 + 10 ]/3 = 460000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 5 + 6 + 12 ]/3 = 529000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 5 + 7 + 15 ]/3 = 621000 MRO

5. Cadre

Niveau 1

SB = 69000 x [ 5 + 7 + 16 ]/3 = 644000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 5 + 7 + 17 ]/3 = 667000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 5 + 7 + 18 ]/3 = 690000 MRO

6. Cadre supérieur / Chef Service

Niveau 1

SB = 69000 x [ 6 + 7 + 18 ]/3 = 713000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 6 + 8 + 18 ]/3 = 736000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 8 + 8 + 18 ]/3 = 782000 MRO

Niveau 4

SB = 69000 x [ 7 + 12 + 18 ]/3 = 851000 MRO

7. Niveau Chef Département

Niveau 1

SB = 69000 x [ 7 + 13 + 18 ]/3 = 874000 MRO



8. Niveau Directeur

Niveau 1

SB = 69000 x [ 7 + 13 + 19 ]/3 = 897000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 7 + 14 + 19 ]/3 = 920000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 7 + 15 + 19 ]/3 = 943000 MRO

9. Niveau Directeur Général

Niveau 1

SB = 69000 x [ 7 + 15 + 20 ]/3 = 966000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 7 + 16 + 21 ]/3 = 1012000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 7 + 17 + 22 ]/3 = 1058000 MRO

10. Niveau Ministre, Député, Président du Conseil Régional, Maire de Métropole, …

Niveau 1

SB = 69000 x [ 10 + 15 + 21 ]/3 = 1058000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 10 + 17 + 22 ]/3 = 1127000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 10 + 19 + 23 ]/3 = 1196000 MRO

Niveau 4

SB = 69000 x [ 10 + 20 + 24 ]/3 = 1242000 MRO

Niveau 5

SB = 69000 x [ 10 + 20 + 25 ]/3 = 1265000 MRO

11. Niveau Premier Ministre, Ministre d’Etat, Président d’organe constitutionnel,…

Niveau 1

SB = 69000 x [ 10 + 20 + 26 ]/3 = 1288000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 10 + 20 + 27 ]/3 = 1311000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 10 + 20 + 28 ]/3 = 1334000 MRO

12. Niveau Président de la République, Président du Parlement, Président du Haut Conseil de la Magistrature, Président de la Haute Autorité pour l’Audio-visuel … Niveau unique du salaire de base, sans avantages de fonction, … 

SB = 69000 x [ 10 + 20 + 30 ]/3 = 1380000 MRO

B – Corps militaires, paramilitaires, toutes forces de sécurité et de maintien de l’ordre confondus, …

Niveau 1

SB = 69000 x [ 5 + 0 + 0 ]/3 = 115000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 5 + 1 + 0 ]/3 = 138000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 6 + 1 + 1 ]/3 = 184000 MRO

Niveau 4

SB = 69000 x [ 6 + 1 + 2 ]/3 = 207000 MRO

Niveau 5

SB = 69000 x [ 7 + 2 + 3 ]/3 = 276000 MRO

Niveau 6 

SB = 69000 x [ 8 + 2 + 5 ]/3 = 345000 MRO

Niveau 7 

SB = 69000 x [ 8 + 3 + 7 ]/3 = 414000 MRO

Niveau 8

SB = 69000 x [ 9 + 6 + 10 ]/3 = 575000 MRO

Niveau 9

SB = 69000 x [ 10 + 8 + 16 ]/3 = 782000 MRO

Niveau 10

SB = 69000 x [ 10 + 10 + 20 ]/3 = 920000 MRO

C) Personnels d'éducation, de formation, d’enseignements, de recherche scientifique, …

Niveau 1 

SB = 69000 x [ 3 + 5 + 3 ]/3 = 253000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 3 + 8 + 5 ]/3 = 368000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 4 + 11 + 7 ]/3 = 506000 MRO

Niveau 4

SB = 69000 x [ 4 + 15 + 9 ]/3 = 644000 MRO

Niveau 5

SB = 69000 x [ 5 + 20 + 11 ]/3 = 828000 MRO

Niveau 6

SB = 69000 x [ 5 + 20 + 12 ]/3 = 851000 MRO

Niveau 7

SB = 69000 x [ 5 + 20 + 15 ]/3 = 920000 MRO

D) Personnel de justice et similaires

Niveau 1

SB = 69000 x [ 1 + 1 + 5 ]/3 = 161000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 1 + 1 + 7 ]/3 = 207000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 2 + 2 + 10 ]/3 = 322000 MRO

Niveau 4

SB = 69000 x [ 3 + 3 + 15 ]/3 = 483000 MRO

Niveau 5

SB = 69000 x [ 4 + 4 + 20 ]/3 = 644000 MRO

Niveau 6

SB = 69000 x [ 4 + 5 + 22 ]/3 = 713000 MRO

Niveau 7

SB = 69000 x [ 5 + 10 + 25 ]/3 = 920000 MRO

D) Personnels médicaux, pharmaceutique et similaires

Niveau 1

SB = 69000 x [ 3 + 3 + 3 ]/3 = 207000 MRO

Niveau 2

SB = 69000 x [ 4 + 5 + 5 ]/3 = 322000 MRO

Niveau 3

SB = 69000 x [ 5 + 8 + 7 ]/3 = 460000 MRO

Niveau 4

SB = 69000 x [ 6 + 10 + 9 ]/3 = 575000 MRO

Niveau 5

SB = 69000 x [ 7 + 12 + 10 ]/3 = 667000 MRO

Niveau 6 

SB = 69000 x [ 8 + 13 + 12 ]/3 = 759000 MRO

Niveau 7

SB = 69000 x [ 9 + 16 + 15 ]/3 = 920000 MRO

Notes finales :

Comme souligné au début de cet article, ce travail ne constitue qu'une approche théorique, préliminaire et simpliste, qui nécessite de nombreux examens et discussions supplémentaires, sous de nombreux angles et aspects. Il sera utile d’ajouter à cela la nécessité de déployer des efforts rigoureux pour la post harmonisation des textes juridiques et réglementaires qui régissent le secteur du travail et de l’emploi depuis bien longtemps.

Il sera aussi pareillement nécessaire d’avoir des discussions à orientation politique entre les gouvernements en place et les représentations des ayants droit, afin de synthétiser les niveaux d’allocation budgétaire dans les lois de finance à venir, pour les rubriques des salaires et rémunérations dédiées aux employés de l’Etat. Quelques études statistiques et stochastiques seraient également les bienvenues pour esquisser solidement les projections futures, notamment sur la prévision des salaires et rétroactivité des rémunérations versées aux pensionnaires, encore en vie. 

Par conséquent, cette approche scientifique peut être considérée comme un noyau initial que les spécialistes et décideurs pourront utiliser ou transformer en une idée pratique qui, si elle était globalement admise, pourrait constituer une approche globaliste visant améliorer profondément le système de rémunérations adopté, devenu hélas obsolète à l’heure actuelle. Celui-ci se caractérise malheureusement, à ce jour, par de nombreux déséquilibres accumulés, et de défaillances connues de tous les intéressés par le sujet.

Il convient de noter que la grille salariale proposée ici, si sommaire soit-elle, n’est qu’une approche très simpliste, à laquelle on pourrait ajouter facilement les primes et avantages, avant de déduire les impôts des salaires bruts obtenus, pour aboutir aux salaires nets.

Ainsi, cette approche laisse une grande marge de manœuvre au législateur, aux décideurs politiques et exécutifs, outre la suppression et la modification, pour parvenir à un système de traitement salarial, en parfaite adéquation avec la nature et les besoins réels des travailleurs en Mauritanie (un modèle informatique préprogrammé et paramétrable est disponible, permettant de tester automatiquement plusieurs possibilités de cette grille).

Je me promets ainsi, si Dieu le Veut, de discuter et proposer dans d’autres publications et/ou interventions en la manière, l’harmonisation des dispositions de la Loi de finances, en vue du « comment » financer les augmentations prévisibles des salaires et traitements, dus à ces changements profonds, en plus de faire correspondre la pension au dernier salaire de base perçu par l'employé. Ce qui devrait être applicable rétrospectivement aux retraités encore en vie. Il est à noter qu’une version arabophone de cet article a été publié dernièrement sur les réseaux sociaux et sur nombre de sites internet mauritaniens.

Copyright ©, republication autorisée avec référence explicite à l’auteur. Tous droits sont protégés.

Pour communiquer et échanger des idées, approfondir les explications et discuter des détails du sujet, vous pouvez me contacter via l’adresse électronique ci-dessous. 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Et qu’Allah bénisse nos intentions.

Nouakchott, le 26 juillet 2019

Dr Nouredine MOHAMEDOU

- Maître de Conférences en informatique combinatoire, en poste d’intelligence artificielle à l’Institut Supérieur de Comptabilité et d’Administration des Entreprises (ISCAE), Nouakchott – Mauritanie,

- Ancien Directeur des Ressources Humaines, chez le second opérateur de téléphonie mobile au pays, 

- Membre de l'Association des Gestionnaires des Ressources Humaines de Mauritanie (GRHM),

- Coordinateur Général du projet "En Avant la Mauritanie",

- Premier président de l'Association des docteurs scientifiques mauritaniens (ADSM).