13-05-2020 01:34 - Manifestations à Kayes dans l'ouest malien, trois morts

Écrit par Eclairage le . Publié dans Environnement

VOA Afrique - Trois personnes ont été tuées dont au moins une par la police à Kayes, l'une des principales villes de l'ouest du Mali, en marge de manifestations débutées après qu'un policier ait ouvert le feu sur un jeune lundi soir.

"Nous comptons au moins trois morts", a indiqué à l'AFP une source au sein de la Direction régionale de la police à Kayes. Une grogne populaire s'est emparée de la ville de l'ouest malien lundi soir après qu'un policier a tiré et tué un jeune malien qui s'amusait avec des proches en moto en banlieue de Kayes.

A la suite de cet "incident regrettable", selon le directeur régional de la police de Kayes Seydou Diallo qui a précisé que "le policier n'était pas en mission (...) encore moins en patrouille", un commissariat de la ville de Kayes a été incendié et des barricades ont été érigées sur le pont de la ville.

Les circonstances et l'identité des deux autres personnes tuées n'étaient pas connues mardi après-midi.

"Parmi les victimes reçues à l'hôpital, certaines ont été victimes de balles réelles", a déclaré à l'AFP une source au sein de l'hôpital Alfousseni Ndao, à Kayes.

La situation était toujours "tendue" en ville mardi, a indiqué à l'AFP le ministre de la Sécurité et de la protection civile, Salif Traoré, qui a ajouté qu'il se rendra sur place.

Une réunion était en cours mardi après-midi à la présidence malienne sur le sujet, selon une source à la présidence.

"Nous voulons qu'il y ait justice parce qu'il y a eu trop d'injustices dans cette ville, trop de bavures de la police", notamment "pendant le couvre-feu", a déclaré Siradjou Tamboura, l'oncle du défunt.

Le Mali, pays d'Afrique de l'ouest meurtri par un conflit depuis 2012 contre des groupes jihadistes, fait face depuis fin avril à une vague de manifestations dans plusieurs villes du sud du pays et dans la capitale Bamako.

Cette grogne populaire fait suite à l'annonce fin avril des résultats définitifs des législatives de mars-avril, qui ont attribué au parti au pouvoir 10 sièges de plus que lors de l'annonce des résultats provisoires.

Egalement en cause, le couvre-feu mis en place par le gouvernement - avant d'être levé samedi - pour faire face à la crise sanitaire du coronavirus, qui a tué 40 personnes sur un millier de cas recensés.

AFP





 

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 

Source : VOA Afrique
Commentaires : 0
Lus : 820

POSTEZ UN COMMENTAIRE

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

IDENTIFICATION

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Logo